Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ni il, ni elle.

Jeudi 01 octobre 2015 souffrance

1 Octobre 2015

Jeudi 01 octobre 2015 souffrance

Aujourd'hui on est le 01 octobre 2015 et je souffre.

Souffrir est même à l'heure d'aujourd'hui un mot bien faible je trouve mais j'ai pas trouvé mieux.

J'angoisse, j'ai peur, je suis en colère.

J'angoisse de mon RDV dans quelques jours avec un urologue. Je crains énormément sa réponse. Je crains qu'il me dise que c'est impossible.

J'ai peur, peur de l'avenir, du jour où mes parents l'apprendront.

Même ma mère qui est pourtant très compréhensive aura mal. Car j'ai déjà parlé avec elle, d'une simple vasectomie, et déjà là j'ai vu qu'elle souffrait de ces mots. Alors imaginer lui avouer que je suis pas bien dans mon corps, elle va s'en vouloir énormément, et aura très mal, et je veux pas qu'elle souffre. Quant à mon père, vieux-jeu au possible, je suis pas certain qu'il accepte, qu'il essaie même de comprendre ou de se poser des questions.

Mais j'ai pas trop le choix. Un jour,faudra en passer par là.

Car il m'est devenu impossible de continuer à jouer la comédie. J'ai envie d'être moi, que mon entourage accepte ce que je suis. De ne plus avoir honte, de ne plus me taire, de ne plus me cacher.

Et en attendant un jour de sortir enfin de cette chrysalide, je m'interdis beaucoup de chose, entre autre l'amour. J'ai vu comment j'ai fais souffrir mon ex. Je veux pas remettre ça. Le jour où je serais enfin moi, la personne en face saura à quoi elle s'engage si elle veut aller plus loin. Pas de sexe conventionnel, pas d'enfant et des regards.

J'ai hâte du jour où je pourrais laisser tomber la barbe. Cette jolie barbe qui focalise les regards et évite des questions plus gênantes. Elle est pour leur mon masque quotidien.

Je veux enfin me voir dans la glace, me voir moi et pas cette construction erronée.

J'ai dans tout ça, la chance d'avoir un amis qui a très bien pris la nouvelle. En effet je lui ai tout déballé y a 1 semaine, il fallait que je trouve quelqu'un qui accepte sans juger.

Dans les mois à venir, je vais dévoiler tout ça à mes quelques autres amis, si l'occasion se présente et si je sens qu'ils peuvent encaisser. C'est à voir.

Mais là j'ai mal, et je ne sais comment taire cela, alors je l'écris ici, espérant au moins adoucir la douleur.

Je ne cesse de pleurer ces derniers temps, car ça se cumule avec d'autres tuiles dans ma vie, et ça fait trop. Heureusement là encore, j'ai trouvé un psy très gentil, qui écoute et ne juge pas.

Donc c'est la noyade mais j'ai quand même et heureusement quelques bulles d'air.

Je vous tiendrais au courant une fois l'urologue passé.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article