Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ni il, ni elle.

Mercredi 29 juin 2016 Psychiatre et déroute

29 Juin 2016

Mercredi 29 juin 2016 Psychiatre et déroute

Je retiens une chose principalement de cet entretien: je n'ai pas à me plaindre je suis dans les délais moyen et l'équipe respecte les préconisations (2 psychiatres et tout le bordel)

Moi je suis profondément et douloureusement (les mots sont faibles) meurtrie.

Je suis adulte, je suis soit disant libre. La preuve que non, puisque ma liberté est soumise à l'aval de pas moins de 5 personnes.

Je suis en préparation d'un déménagement sur le mois de juillet mais une fois installée, je prendrais les choses en main. Ce sera pas beau, ce sera pas propre, ce sera pas sans risque, mais c'est la seule voie désormais qu'il me reste. Faire les choses seule comme ça a toujours été.

J'ai commencée à faire le deuil de mon futur sexe, qui ne sera jamais. Mais je me dis que vaut mieux rien du tout que garder ce que j'ai là qui me fait tant souffrir.

La source de testostérone principale tarie, je pourrais aussi arrêter androcur et soulager mon foie.

Car aujourd'hui je suis en limite de toxicité sur mon traitement de crohn (dixit la gastroentérologue), à ça je rajoute deux autres cachets pour mes tremblements et deux d'androcur. Mon foie ne tiendra pas éternellement.

Oui parce que j'ai parlée de délais, qu'on me donne un horizon, une fourchette et rien, toujours rien. On prendra le temps qu'il faut et là encore, je n'ai pas mon mot à dire.

La solution malheureusement qui me semble la plus profitable est de passer par l'élastrator sur le sac et sur la verge. Ça ne me réjouis pas, mais ais-je le choix? Puis complément de houblon en attendant mieux.

J'en peu plus de voir ce travelo dans le miroir tout les matins.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article